Devenir Styliste / Créateur de mode / Couturière ou couturier / Costumier / Tapissier d’ameublement

Résumé de l’accès au métier

Débouchés Métier Formation Formation Formation
Durée de formation : de 9 mois à 2 ans pour un CAP, plus pour des diplômes supérieurs
Diplôme requis d’entrée en formation : aucun ou niveau 3ème pour un CAP, baccalauréat pour entrer dans les écoles de mode publiques ou privées
Lieux de formation : lycées professionnels, écoles privées ou publiques en couture ou en stylisme, en interne au sein des maisons de couture, dans des Ecoles Nationales Supérieures des Métiers de La Mode réputées
Déplacements : NON

Devenir

  • Styliste
  • Créateur de mode
  • Couturière ou couturier
  • Costumier
  • Tapissier d’ameublement

Le métier

Très en vogue grâce aux médias, le domaine de la mode et du textile est cependant un milieu professionnel aux débouchés incertains. Associer des lignes, des couleurs, des matières, créer un effet, un style et jouer avec les codes socio culturels demandent de l’imagination, une excellente observation du monde proche ou lointain, une vision personnelle et une envie de la mettre en scène.

Le styliste ou créateur de mode joue avec les matières, les couleurs, la lumière, les formes pour créer des vêtements mais aussi des accessoires originaux. L’activité des stylistes est liée aux domaines de la beauté, de La Haute-Couture et du luxe et travailler dans une maison de couture ou avoir sa propre maison de couture demande des compétences et un book solide.

Le styliste peut tout aussi bien travailler pour l’industrie du cinéma, pour la télévision, le théâtre (il est alors appelé costumier), pour l’industrie du prêt-à-porter ou pour La Haute-Couture. Il y a chez lui une recherche d’image et d’identité forte.

Ces milieux sont évidemment très créatifs et ils ont un impact puissant sur les tendances vestimentaires. Les modes changent très vite et au minimum deux collections par an se succèdent. Les ventes tiennent à l’originalité des créations, à la personnalité des créateurs et à l’image de leur travail renvoyée et construite par les agences de communication qui les suivent.

Le styliste n’est donc pas toujours libre de ses créations. Il doit aussi prendre en compte les réalités techniques et commerciales. Ces professionnels ne sont pas seuls lors de la mise en scène de leur création. Ils travaillent avec des maquilleurs, des coiffeurs, des photographes, des commerciaux, des parfumeurs, des chausseurs, des joailliers, des brodeurs, etc..

Le costumier intervient souvent dans les milieux du théâtre et du cinéma et il est spécialisé dans les costumes d’époque existants ou à créer. Il lui faut donc avoir une culture générale et historique conséquente et des compétences en conservation et en rénovation des costumes pour devenir un professionnel averti.

Les couturières (ou les couturiers) réalisent avec les modélistes (maille, etc.) des patrons à partir des croquis fournis par les stylistes. Elles mesurent, taillent et agencent des tissus, des matières spécifiques afin de faire vivre un modèle ou un accessoire qui demandera des heures de travail, de retouches. Ces professionnelles de l’ombre portent des noms spécifiques au monde de la mode : responsables d’atelier, premières d’atelier, petites mains, etc..

Le tapissier d’ameublement s’occupe de toute la partie textile de la maison que ce soit les chemins de table, les rideaux ou les tissus pour recouvrir des meubles (comme des fauteuils, etc.). Les techniques sont précises et les matériaux de base (tissus, rembourrages, etc.) peuvent être très coûteux, voire difficiles à trouver. Cet artisan travaille en respectant l’identité de l’objet s’il intervient comme restaurateur ou bien il laisse libre cours à son imagination et à son pragmatisme dans le cadre de commandes précises. Artisan d’art, conseiller, vendeur, il est salarié ou indépendant ou bien il travaille à la mission.

L’accès au métier

Le CAP Couture ou Tapissier d’ameublement est un bon tremplin pour ces artisans s’il est effectué en alternance. Des formations dans des écoles réputées sont aussi possibles (Ecole Boulle pour les tapissiers, etc.). Il est tout a fait possible de se spécialiser avec des Mentions Complémentaires pour acquérir d’autres techniques et de continuer ensuite sur un diplôme supérieur.

Un titulaire d’un Bac pro ou techno des Métiers de La Mode peut faire un DMA (Diplôme des Métiers d’Art) de costumier réalisateur. L’ ENSATT propose par exemple un diplôme Bac+3 de costumier-coupeur.

Les stylistes ont des parcours variés, qu’ils passent par des écoles supérieures des arts et techniques de La mode ou par L’Ecole Nationale Supérieure des Arts et Industries Textiles (ENSAIT de Roubaix) ou qu’ils soient tout simplement autodidactes, etc.. Des écoles publiques ou privées tiennent le haut du pavé : Ecole Supérieure des Arts Appliqués Duperré, ENSAD, ENSCI, etc..

Le monde de la mode est difficile à intégrer car il faut pour y faire sa place, avoir un style véritable, une forte motivation et un sens du réseau plus que développé. Bien vérifier les conditions d’entrée dans chacune des écoles sélectionnées.

Les contraintes du métier

Les horaires sont variables et souvent saisonniers.

Les lieux d’exercice

– Au sein de maisons de Haute-Couture

– En indépendants comme artisans, en se déclarant à La Chambre de Métiers et de L’Artisanat pour les tapissiers d’ameublement

– Comme salariés dans des boutiques ou dans des entreprises de sous-traitance de couture ou d’ameublement

– Au sein de certaines grandes chaînes de prêt-à-porter ou dans de grands magasins proposant des retouches (débouchés faibles) pour les couturières