Devenir Scénariste / Ecrivain / Editeur / Correcteur

Résumé de l’accès au métier

Débouchés : Métier Formation Formation Formation
Durée de formation : aléatoire
Diplôme requis d’entrée en formation : aucun ou selon le diplôme visé
Lieux de formation : lycées professionnels pour un BTS Communication Audiovisuelle par exemple ou écoles spécialisées (Eicar, Fémis, CEEA) ou Universités et stages dans l’édition
Déplacements : OUI

Le métier

Ces métiers de l’écriture sont des métiers liés à l’imagination, à la créativité intellectuelle et à la construction littéraire. Il s’agit pour ces professionnels de trouver une idée, de l’inscrire dans un projet (narratif, pédagogique, informatif, etc.) et de la développer. Cette idée de départ peut inclure des personnages, des décors, etc..

Dans tous les cas, ce type de création donne lieu à une transposition écrite et parfois ensuite visuelle et/ou sonore, d’émotions.

Il ne s’agit pas seulement d’aimer écrire et d’avoir beaucoup d’imagination pour pouvoir se dire auteur. Des genres particuliers existent qui obéissent à des règles. Il y a certaines techniques aussi à connaître. Mais c’est surtout le talent à mettre en scène l’idée et le projet qui fait la différence et aussi bien sûr le style de l’écrivain, son univers personnel et sa vision très personnelle du monde qui l’entoure.

En ce qui concerne le scénariste, son travail sert de support à une production qui sera mise en scène par une autre personne que lui (un réalisateur, un metteur en scène, etc.). Il s’agit donc d’un travail d’imagination et d’écriture personnelle que d’autres transcenderont. C’est ‘ un travail de l’ombre ‘. Le scénariste peut aussi écrire un scénario à partir d’un roman.

La plupart du temps, ces professionnels se font connaître par le réseau ou en proposant des idées de scénarii. Un marché particulier existe notamment dans le domaine des séries télévisées et des jeux vidéo. La création obéit alors aux lois du marketing.

Les scénaristes multimédias, et notamment ceux des jeux vidéo, sont souvent eux-mêmes des informaticiens multimédias. D’autres scénaristes sont des professionnels d’un milieu spécifique comme celui de la télévision et ils passent souvent de la réalisation au script ou du jeu d’acteur à l’écriture.

Il ne faut pas oublier la littérature qui ‘ se fabrique ‘ dans les maisons d’édition (romans, bandes dessinées, etc.) qui recherchent des idées pour leurs auteurs célèbres qui les développeront et qui les publieront sous leurs noms.

L’écrivain, quant à lui, écrit une histoire du début à la fin dans le but d’être lu, publié, reconnu ou il écrit simplement pour son plaisir. Aujourd’hui, certains écrivains produisent des oeuvres et en les écrivant ils anticipent sur leurs adaptations futures. Le théâtre est un genre particulier alliant écriture et mise en scène.

Les correcteurs travaillent dans des maisons d’édition ou en freelance ou bien ce sont des professionnels d’un domaine spécifique (Sciences Médicales, Sciences Politiques, etc.). Ils traquent fautes d’orthographe, de grammaire, incohérences, etc.. Ils modifient le texte, le coupent, le complètent en accord avec l’auteur.

Des formations à ce métier existent mais c’est surtout par l’expérience que l’on accède à cette activité qui en général ne permet pas de vivre confortablement. Aimer lire et écrire est une chose mais être correcteur, c’est saisir le sens, la pensée et le style de l’auteur pour n’intervenir que si nécessaire et en ayant toujours bien soin de préserver l’univers et la pensée de l’écrivain. Un correcteur ne réécrit pas un texte et il ne se substitue jamais à l’auteur. Les correcteurs travaillent le plus souvent en free lance et ils doivent adjoindre d’autres moyens de subsistance à leur activité.

Les éditeurs sont des professionnels aguerris qui doivent choisir ce qui va être publié, ce qui va se vendre et qui va contribuer à leur renommée. Ils doivent donc en permanence être au fait des tendances du marché du livre (livres, bandes dessinées, magazines, etc.) afin d’établir des stratégies, de choisir qui ou quoi publier et de financer des campagnes de presse sur tel livre ou sur tel auteur, etc..

Ce sont des stratèges de la publication. Leurs connaissances littéraires et leurs analyses sont pointues, fines, rapides afin d’impulser une direction marketing et commerciale à leur maison.

L’accès au métier

Il n’existe pas vraiment de filière particulière pour être scénariste bien qu’il y ait des écoles tournées vers la dramaturgie, l’art du récit filmique ou l’écriture scénaristique. Leurs réputations sont variables, d’où la nécessité de bien se renseigner avant de les intégrer. Deux écoles à mettre en avant : le CEEA ou Conservatoire Européen d’Ecriture Audiovisuelle et La FEMIS. L’EICAR propose des formations à distance.

Commencer par un BTS Publicité ou Communication Audiovisuelle peut être un tremplin. Certains scénaristes ont fait en effet des parcours spécifiques quand ils touchent à des univers très techniques (formation de développeur multimédias pour être scénariste de jeux vidéo, etc.).

Attention en règle générale ce ne sont pas des métiers où l’on est salarié ! C’est un statut d’auteur ou d’indépendant et donc des rémunérations irrégulières et une protection sociale aléatoire (cotisations chômage, retraite, etc.) qui attendent ces créateurs.

Les éditeurs ont souvent un parcours universitaire poussé (Master 2 ou Doctorat) et une expérience du milieu littéraire importante. L’ASFORED propose un BTS Edition pour devenir technicien de l’édition par la voie de l’apprentissage et un Mastère spécialisé Management de L’Edition.

Les correcteurs ont fait des stages dans l’édition et ils ont un parcours universitaire consistant (en Lettres Modernes ou en Lettres Classiques ou en Linguistique, etc.).

Les contraintes du métier

Les horaires de travail sont très aléatoires.

Les lieux d’exercice

– Dans les chaînes de télévision

– Dans des radios au service publicité communication

– Dans des entreprises de développement de jeux multimédias

– Dans des maisons d’édition

– En Freelance