Devenir Politicien / Politologue / Economiste

Résumé de l’accès au métier

Débouchés Métier Formation Formation Formation
Durée de formation : 5 ans après le Bac minimum
Diplôme requis d’entrée en formation : Baccalauréat
Lieux de formation : Universités, Instituts d’Etudes Politiques (IEP), Sciences Politiques, ENA, Grandes Ecoles de Management, Universités
Déplacements : OUI

Le métier

Les sphères économique et politique n’étaient pas appelées à se rencontrer, mais aujourd’hui ces deux grands pôles sont en interaction.

L’économiste s’intéresse aux faits économiques, aux institutions qui régissent les rapports entre les individus, aux comportements économiques, et aux différents acteurs en présence (les agents financiers, les ménages, Les Pouvoirs Publics, etc.). Il élabore des modèles, établit des prévisions et crée des outils métriques de quantification, d’évaluation, etc.. Ses analyses sont des plus décisives car les politiques globales de gestion des affaires mondiales passent par elles.

Bulles spéculatives, inflation, récession, période de croissance, etc., autant de termes renvoyant à des impacts réels sur le quotidien de chacun d’entre nous et appelant à des traitements spécifiques pour pouvoir anticiper ou réagir aux crises.

Ce métier ne s’exerce pas au ‘ feeling ‘, mais avec des outils de gestion et d’économie faisant appel aux mathématiques, à la sociologie et à une connaissance pointue des échanges commerciaux et monétaires. Les cycles économiques étant de plus en plus courts, les analyses sont souvent valables à court ou à moyen terme seulement.

Le politicien ou homme politique agit à différents niveaux de L’Etat. Les ministres, par exemple, sont les plus représentatifs des hommes politiques pour le commun des mortels. A la base, être politicien ou homme politique, ce n’est pas exercer un métier, mais répondre d’un engagement militant qui peut se traduire par des combats locaux, une adhésion à des idées, des valeurs, etc.. Convictions personnelles et projets de société trouvent ensuite leur expression dans un mouvement politique et un parti politique.

L’élu, si le militant politique en est devenu un, exerce un mandat électif. Il peut gérer une ville, une commune, etc. et représenter ainsi des administrés, des citoyens qui ont voté pour lui et qui lui ont délégué la défense de leurs intérêts ou de leurs idées, etc..

Pour vraiment ‘ entrer en politique ‘ et faire carrière, il faut donc adhérer à un parti politique le plus souvent et briguer d’être élu ou nommé à une charge. Chaque mandat induit un protocole électif, une stratégie, un travail de terrain, des cooptations, des pénétrations de réseaux et des alliances.

Le politologue, quant à lui, est un analyste scientifique des problèmes posés par les politiques mises en oeuvre par un ou des pays (préparation d’une guerre, gestion d’un conflit social, pactes de coopération ou d’agression entre pays, etc.). Il observe les stratégies élaborées, leurs mises en oeuvre, leurs applications. Il les décortique et il en recherche les sources et les objectifs. Il émet des hypothèses sur les conséquences des politiques en place et il livre ses commentaires en opérant comparaisons et analyses pointues.

Il se doit déontologiquement de ne porter aucun jugement de valeur. Certains politologues sont conseillers auprès des Pouvoirs Publics ou occupent un poste officiel. D’autres travaillent en tant que salariés ou en freelance au sein de médias spécialisés où ils analysent l’actualité ou rédigent des dossiers (chaînes de télévision, magazines politiques et économiques, etc.).

L’accès au métier

Véritables experts dans leur domaine, les économistes comme les politologues sont souvent des professionnels ayant un bac+5 au minimum (Master 2 en Sciences Economiques ou en Sciences Politiques ou Master en Finances). Les politologues font souvent leur parcours de formation dans un IEP (Institut d’Etudes Politiques). Certains d’entre eux préparent ensuite un Doctorat (préparation et soutenance d’une thèse en deux ou trois ans).

Ces professionnels restent très rarement sur le sol français durant tout leur cursus de formation et ils passent souvent une année à l’étranger soit d’études soit de stages dans des entreprises. Certains d’entre eux encore font un MBA (Master of Business Administration), notamment en Finances, ce diplôme restant le plus porteur actuellement pour trouver un emploi.

Pour devenir politicien de très haut niveau, le parcours est plus ambigu. Il semble que la majorité des hommes et femmes politiques passe par L’ENA (Ecole Nationale d’Administration) ou soit diplômée en Droit ou soit passée par Sciences Po.

Pour exercer une ‘ charge officielle ‘, chacune d’elle recouvrant une responsabilité particulière mais toutes demandant qu’on réponde à des conditions administratives pour y accéder, il faut tout d’abord avoir au minimum dix-huit ans (voire plus pour certaines charges), être de Nationalité Française, jouir de ses droits civiques et avoir un casier judiciaire vierge.

Les contraintes du métier

Le travail s’effectue en semaine et en journée, mais parfois les horaires sont aléatoires (week-ends travaillés).

Les lieux d’exercice

– Au sein de médias spécialisés, économiques ou politiques (télévision, presse, etc.), comme salariés ou comme indépendants rémunérés à la mission (free lance)

– Au sein des Collectivités Territoriales et des Ministères comme contractuels ou comme titulaires après réussite d’un concours

– Au sein de grands groupes financiers (banques, bourses, etc.)

– Comme enseignants ou comme chercheurs

– Au sein d’institutions internationales

– Dans le monde politique