Devenir Pharmacien-chercheur

Résumé de l’accès au métier

Débouchés Métier Métier Formation Formation
Durée de formation : 8 ans après le Bac au minimum
Diplôme requis d’entrée en formation : Baccalauréat Scientifique de préférence
Lieux de formation : Universités, Facultés de Médecine ou de Pharmacie de préférence
Déplacements : NON

Le métier

Ce domaine de La Recherche Appliquée est celui qui bénéficie le plus des avancées des Sciences Fondamentales. On travaille ici sur l’application de la recherche pure au secteur des médicaments. Les professionnels de ce domaine qui sont des pharmaciens-chercheurs travaillent sur les progrès et sur les découvertes scientifiques (nouvelles molécules, découverte du fonctionnement d’un organisme, etc.) pour créer des vaccins, des traitements, etc. comme celui contre le VIH par exemple qui progresse au fil des découvertes, etc..

C’est la dimension de la recherche que tout un chacun connaît le mieux, ne serait-ce que par l’intermédiaire des pharmaciens en officines qui distribuent les médicaments conçus dans les laboratoires pharmaceutiques.

Les grands laboratoires pharmaceutiques privés ont un service Recherche et Développement où règnent une véritable émulation, un esprit d’innovation et où il faut travailler sur des substances adaptées à l’homme efficaces. Les expérimentations sont nombreuses et elles font l’objet de rapports très précis et pointus qui seront examinés ensuite par les autorités sanitaires.

Les procédures administratives pour obtenir l’Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) d’un médicament sont complexes et parfois longues (de quelques mois à plus d’un an), d’où la présence d’équipes administratives qui gravitent autour de ces scientifiques et qui sont chargées de les assister (documentalistes scientifiques pour compiler les travaux, chargés administratifs en interface avec les professionnels et Les Administrations qui montent les dossiers et qui obtiennent les agréments de commercialisation, etc.).

La concurrence est rude et elle met en jeu des sommes colossales. Le laboratoire pharmaceutique qui obtient l’autorisation de mise sur le marché d’un nouveau traitement, d’une nouvelle molécule, etc. s’assure pendant vingt ans en général de l’exclusivité de sa recherche. Il peut alors tabler sur une rentabilité absolue de ses investisements.

Les budgets alloués à La Recherche Appliquée dans le secteur pharmaceutique sont considérables et les services Recherche et Développement qui bénéficient de ces fonds se doivent de justifier de leur utilisation et de faire des découvertes qui permettront des profits ultérieurs importants.

Certains laboratoires très spécifiques, en plus de leur activité pharmaceutique, fournissent le matériel organique (virus, bactéries, etc.) aux chercheurs en Sciences Fondamentales.

Certains de ces pharmaciens-chercheurs travaillent comme enseignants-chercheurs dans le secteur public où ils mènent alors des recherches au sein de laboratoires universitaires ou bien ils travaillent au sein de grands organismes publics de recherche (CNRS, etc.).

L’accès au métier

Le plus judicieux pour rejoindre ces professions consiste à effectuer un parcours pour être pharmacien puis de préparer pendant le 3ème cycle d’études de pharmacie un M2 Recherche, et de commencer ainsi une thèse de Doctorat. Des premières publications internationales permettront d’acquérir une forte spécialisation scientifique. Voir La Faculté de Pharmacie de Lyon par exemple. Les cursus passant par un Master 2 Recherche Microbiologie par exemple ne permettent pas d’être pharmacien-chercheur. L’internat en pharmacie obligatoire n’est pas requis pour un poste d’enseignant-chercheur.

Ces titres spécifiques de pharmaciens-chercheurs ne peuvent être obtenus qu’après un cursus en Faculté de Médecine ou de Pharmacie.

Les contraintes du métier

Le travail s’effectue en semaine et en journée, mais souvent les horaires sont aléatoires (week-ends de travail).

Les lieux d’exercice

– En laboratoires pharmaceutiques privés

– Au sein de laboratoires dépendant des Universités ou au sein de certains grands hôpitaux

– Dans le secteur public comme enseignant-chercheur ou à L’INSERM et au CNRS comme chargés de recherche