Devenir Moniteur d’auto-école / Inspecteur du permis de conduire et de la sécurité routière

Résumé de l’accès au métier

Débouchés :  Métier Métier Métier Métier si examen ou concours obtenu
Durée de formation : de quelques mois pour le préparation du BEPECASER à un an de stage avant titularisation pour les inspecteurs du permis de conduire et de la sécurité routière
Diplôme requis d’entrée en formation : Brevet des Collèges pour préparer l’examen de moniteur d’auto-école, Bac pour passer le concours d’inspecteur du permis de conduire et de la sécurité routière
Lieux de formation : dans des centres privés de formation agréés de préparation à l’examen ou au concours. A L’EFCASER (préparation du concours) et à L’ENSRR pour les inspecteurs du permis de conduire et de la sécurité routière
Déplacements : OUI

Les métiers

  • Moniteur d’auto-école
  • Inspecteur du permis de conduire
  • et de la sécurité routière

Au sein d’une voiture avec doubles commandes au pied, le moniteur d’auto-école doit supporter la conduite parfois dangereuse de ses élèves et leurs réactions quand ils sont confrontés à la circulation ou aux autres automobilistes.

Ce professionnel a besoin de maîtrise, de sang-froid, de calme et de patience pour enseigner à tous les types de publics Le Code de la Route (théorie) et la conduite en tant que telle (pratique). S’il n’a pas une bonne résistance physique, une bonne santé et un équilibre psychologique certain, il risque d’être vite dépassé par le stress de la route et par celui occasionné par ses apprenants.

Confronté à la peur des élèves, à leur maîtrise limitée du français parfois ou à leur inconscience face au danger, etc., ce professionnel doit se maîtriser et participer à l’apprentissage des comportements de sécurité et de civisme de ces mêmes élèves. Il est souvent le destinataire de leurs confidences.

Il peut se spécialiser dans l’enseignement de la conduite de véhicules Poids Lourds, de deux roues, etc..

C’est un métier que peu de ces professionnels exercent toute leur vie. Bien souvent, ils s’orientent ensuite vers la formation de moniteurs d’auto-école, ou ils créent leurs propres auto-écoles, ou ils se dirigent vers l’inspection du permis de conduire. Parfois même, ils se réorientent complètement.

L’inspecteur du permis de conduire et de la sécurité routière ou IPCSR est celui qui décide de délivrer ou de ne pas délivrer aux élèves conducteurs le fameux papier rose ou permis de conduire après le passage de l’examen pratique de conduite. Sa responsabilité est grande car il doit évaluer la capacité d’un élève à être suffisamment autonome au volant d’un véhicule pour pouvoir devenir un conducteur à part entière. Il a en général vingt minutes maximum pour évaluer un élève lors de l’examen pratique de conduite. Il fait passer les épreuves théoriques et pratiques du permis de conduire pour tous les types de véhicules. Il contrôle la pédagogie des auto-écoles et il participe aux actions de prévention routière.

Attention Réforme en vue du permis de conduire !

L’accès au métier

Pour devenir moniteur d’auto-école, il faut avoir plus de vingt ans, posséder au moins son Brevet des Collèges ou réussir un examen de niveau ou avoir un diplôme de niveau V. Il faut aussi posséder son permis B depuis plus d’un an. On peut alors se présenter à l’examen du BEPECASER (Brevet pour l’Exercice de la Profession d’Enseignant de la Conduite Automobile et de la Sécurité Routière).

L’examen obtenu, il faut ensuite obtenir une autorisation administrative d’enseigner délivrée par La Préfecture et renouvelable tous les cinq ans, plus satisfaire à une visite médicale. Il faut avoir aussi un casier judicaire vierge.

Il faut s’inscrire à l’examen auprès des Préfectures. Cet examen est assez difficile et il y a peu d’élus. L’examen se déroule en deux parties : épreuves d’admissibilité (note de synthèse et oral à passer avec une note de 10 sur 20 à obtenir pour aller en admission) et épreuves d’admission finales. Deux spécialisations supplémentaires, ‘ deux-roues ‘ ou ‘ groupe lourd ‘, sont aussi proposées.

La préparation à l’examen qui se déroule en deux parties, admissibilité et admission, est payante et elle peut se faire dans des centres de formation privés agréés en huit à dix mois. Il y a aussi possibilité de se présenter en candidat libre.

Un inspecteur du permis de conduire et de la sécurité routière est un fonctionnaire qui dépend du MEEDDAT ou Ministère de L’Ecologie, de L’Energie, du Développement Durable et de L’Aménagement du Territoire. Ce métier est accessible par le biais d’un concours de catégorie B externe ou d’un concours interne (voir conditions). Il est nécessaire d’avoir un Baccalauréat ou un diplôme équivalent ou le BEPECASER, pour pouvoir se présenter au concours externe.

Pour se présenter à ce concours externe, il faut en plus avoir le permis B depuis plus de trois ans, appartenir à La Communauté Européenne, ne pas avoir eu une annulation ou une suspension de permis et avoir les aptitudes physiques nécessaires pour pouvoir passer tous les permis. Les places ouvertes sont très peu nombreuses.

Pour obtenir le concours, il faut réussir les épreuves d’admissibilité et d’admission. Des centres de formation privés préparent à ce concours ainsi que L’EFCASER de Nevers dans le cadre d’une formation à distance. Les reçus au concours sont stagiaires durant un an. Ils suivent avant titularisation une formation de six mois à L’ENSRR de Nevers et font en plus un stage sur le terrain dans le département de nomination. Ils doivent aussi obtenir leur permis moto.

Les contraintes du métier

Le travail s’effectue en journée et en semaine, plus le samedi pour les moniteurs d’auto-école.

Les lieux d’exercice

– En auto-écoles comme salarié ou à son compte

– Au sein d’entreprises privées de rattrapage de points du permis de conduire

– Au sein d’organismes publics comme les centres de Sécurité Routière, etc.