Devenir Informaticien de gestion / Programmeur / Ingénieur réseaux et télécommunications – en sécurité informatique

Résumé de l’accès au métier

Débouchés Métier Métier Formation Formation
Durée de formation : 5 ans après le bac au minimum
Diplôme requis d’entrée en formation : Baccalauréat Scientifique de préférence
Lieux de formation : Universités ou Ecoles d’Ingénieurs ou cursus MIAGE
Déplacements : NON

Les métiers

  • Informaticien de gestion
  • Programmeur
  • Ingénieur réseaux et télécommunications
  • Ingénieur en sécurité informatique

Les métiers liés aux Sciences de L’Information sont très vastes et ils englobent aussi bien l’informatique que les télécommunications ou les moyens de communication. L’objectif des professionnels de ces métiers, c’est de pouvoir modéliser les informations de manière à les rendre accessibles à tous tout en assurant la protection des données partagées.

Analyse des besoins, conception de modèles et de systèmes d’information, mise en place de ceux-ci, programmation, maintenance préventive ou curative des installations, etc., les tâches sont diverses et bien répertoriées dans ces professions. Les professionnels qui touchent aux langages de programmation peuvent passer des centaines d’heures à coder, c’est-à-dire à transposer les besoins exprimés en langage courant en solutions et en langages informatiques.

L’ingénieur réseaux et télécommunications est formé pour concevoir, implanter et gérer une structure de réseaux de transport de données. Il effectue donc des schémas de distribution, de câblage, etc.. Il appréhende dans sa globalité la stratégie d’une entreprise dans le domaine des technologies de l’Information et de la Télécommunication. Il ne s’agit pas pour lui de produire des plans et de relier des câbles entre eux mais de penser la structure globale du réseau et d’anticiper les développements à venir.

Son rôle consiste donc à analyser des besoins parfois complexes.

L’informaticien de gestion est un développeur spécialisé dans le développement des logiciels applicatifs de gestion de données. Il conçoit des solutions informatiques répondant aux besoins spécifiques d’une entreprise (production, ressources humaines, achats, gestion de stocks, etc.). La maîtrise des mathématiques, de la logistique, des systèmes de communication entre services, entre personnes internes ou externes à l’entreprise et aussi celle des langages de programmation sont nécessaires pour rejoindre ce métier.

Ce professionnel peut gérer un parc informatique, devenir expert dans le choix et l’installation de logiciels et de matériel informatique ou dans la maintenance et l’administration d’ordinateurs en réseau.

Mais, en plus de toutes ces compétences, c’est un véritable esprit d’analyse, un bon sens spécifique et une capacité à analyser les besoins de chacun, à proposer des solutions adpatées et à développer des applications qui font la véritable richesse de ces professionnels.

Le programmeur est un informaticien spécialisé en langages de programmation pour des objectifs précis, uniques ou multiples. Il réalise des logiciels en créant des algorithmes et en les mettant en oeuvre dans un langage de programmation. Ce peut être un professionnel qui programme sur Internet (construction de sites html et autres avec mises en relation avec des bases de données en php, asp, etc.).

L’ingénieur en sécurité informatique est chargé de définir la politique sécurité d’une entreprise, de la mettre en oeuvre et d’en assurer la veille technologique. La protection de l’intégrité des données et leur inviolabilité par un tiers sont des aspects majeurs de la stratégie d’une entreprise ou d’un organisme, et c’est le plus souvent un gage de sa survie. Virus, Cheval de Troie, Vers, autant de malveillances informatiques qui sont du code ou du langage programmé qui peuvent détruire des données, les modifier, les transférer à autrui, etc., tout cela à partir d’un petit programme informatique véhiculé par un email, par un site Internet, etc..

Cet ingénieur est donc une sorte de médecin de la sécurité des données informatiques. Il crée du code informatique pour inhiber ou pour détruire le plus souvent ces malveillances et pour récupérer, dans la mesure du possible, l’intégralité des données infectées.

On connaît bien les grandes enseignes de logiciels d’antivirus et on entend maintenant aussi parler des hackers, ces fameux pirates informatiques. Des écoles spécialisées en sécurité informatique se développent mais la plupart des entreprises achètent plutôt pour se protéger un logiciel antivirus adapté. Les débouchés dans cette profession se trouvent donc plus au niveau des Ministères (celui des impôts par exemple), des banques ou des éditeurs d’antivirus.

Pour les métiers d’administrateur réseau ou d’installateur-dépanneur en matériels informatiques, voir l’univers du Tertiaire.

L’accès au métier

L’ingénieur en Informatique sort d’une école d’informatique ou d’une Université proposant un cursus MIAGE (Méthodes Informatiques Appliquées à la Gestion des Entreprises) ou bien il a suivi un Master 2 (bac+5) en Université ou mieux encore il est issu d’une école d’ingénieurs en informatique et/ou en télécommunications (Master en Informatique de Gestion, etc.).

L’expérience est bienvenue car la compétence est alors tangible. Avoir un book de réalisations à montrer est un atout considérable en recrutement. Ceux qui souhaitent s’orienter vers La Recherche peuvent continuer leurs études avec la préparation d’un Doctorat et soutenir une thèse en Informatique (axée informatique et langages informatiques par exemple).

Les contraintes du métier

Le travail s’effectue en semaine et en journée, sauf astreintes.

Les lieux d’exercice

– Au sein de grosses entreprises ayant des besoins importants en gestion des flux et des données et qui évoluent rapidement, comme les banques, les grands groupes industriels, etc.

– Au sein de SSII (Sociétés de Services en Ingénierie Informatique) qui sont des entreprises prestataires de services auprès d’autres entreprises et qui réalisent pour elles des audits et des missions

– Au sein des distributeurs en télécommunications (groupes Internet, groupes de téléphonie, etc.)