Devenir Éleveur de bovins / d’ovins / de caprins

Résumé de l’accès au métier

Débouchés Métier Formation Formation Formation
Durée de formation : 2 ans pour un BEPA, plus stage de préparation à l’installation auprès de La Chambre d’Agriculture
Diplôme requis d’entrée en formation : CAPA ou niveau 3ème pour faire un BEPA. Attention Réforme des BEPA et donc des cursus de formation !
Lieux de formation : Chambres d’Agriculture, CFA, lycées professionnels agricoles, Maisons Familiales Rurales
Déplacements : OUI

Le métier

  • Eleveur de bovins
  • Eleveur d’ovins
  • Eleveur de caprins

Un éleveur de bovins, d’ovins ou de caprins part rarement en vacances de longue durée, sauf parfois pour la transhumance, et s’agit-il alors de vacances ? Le soin à donner aux bêtes requiert une grande disponibilité et une attention quotidienne. Si une personne lambda a tendance à trouver que dans un troupeau toutes les bêtes se ressemblent, l’éleveur, lui, connaît bien son troupeau, donnant comme le veut la tradition des petits noms affectueux à certains de ses animaux. Un véritable attachement existe entre ces professionnels et leurs animaux.

Les conditions de travail ne sont pas toujours faciles à cause des conditions climatiques, de la manutention (port de sacs de nourriture, chargement de la paille, préparation des box, etc.), de La Législation très stricte et changeante, des impératifs sanitaires, et du temps qu’il faut consacrer à toutes ces activités. Lève-tard s’abstenir !

Il est évident qu’il n’est pas possible à ces professionnels d’être toujours très propres dans le cadre de leur activité, mais tous les clichés liés à l’analphabétisme ou à l’insalubrité dans ces métiers peuvent rester au placard.

En effet, ces professionnels sont à la fois producteurs, exploitants, gestionnaires d’entreprise, commerciaux et négociateurs dans les réseaux de collecte et de distribution, etc.. Bien souvent d’ailleurs, les éleveurs ont une activité complémentaire, qu’elle soit d’ordre agricole ou de production (fromages, lait, etc.).

Ces métiers demandent endurance physique, persévérance, bon sens et anticipation.

Le permis C (Poids Lourds) est souvent nécessaire pour pouvoir déplacer les bêtes, pour charger ou décharger le fourrage ou la nourriture.

Si le professionnel concerné n’hérite pas d’un élevage, il peut racheter une exploitation (voir Les Chambres d’Agriculture) ou investir pour monter son propre élevage. Attention l’investissement nécessaire est de plusieurs centaines de milliers d’euros pour le terrain, les granges, les bêtes, les produits phytosanitaires, la nourriture, le matériel de manutention, etc.!

Le choix du type de bêtes à élever dépend de plusieurs facteurs comme la sensibilité de l’éleveur à telle ou telle catégorie d’animaux, la région d’exercice de l’activité et la concurrence.

Attention aux labels qui sont difficiles à obtenir pour ceux qui débutent dans l’activité sans historique !

L’accès au métier

L’éleveur à son compte doit suivre un stage de préparation à l’installation à La Chambre d’Agriculture et s’enregistrer avant de démarrer son activité. Il possède bien souvent le permis C (Poids Lourds) lui permettant, selon La Législation actuelle, de pouvoir déplacer ses bêtes et d’effectuer les manutentions (nourriture, etc.).

Avoir un BEPA (Brevet d’Etudes Professionnelles Agricoles) Elevage Bovin ou un BEPA CPA Conduite de Productions Agricoles spécialité Productions Animales à obtenir dans les lycées professionnels agricoles ou dans Les Maisons Familiales Rurales est recommandé. Attention Réforme des BEPA et donc des cursus de formation !

Les études peuvent se poursuivre avec un Bac Pro Conduite et Gestion de l’Exploitation Agricole option Productions Animales, puis avec un BTSA Productions Animales ou Analyse et Conduite des Systèmes d’Exploitation. Des diplômes sont requis pour l’obtention de financements spécifiques et de prêts bonifiés. Des écoles d’ingénieurs peuvent aussi offrir des parcours intéressants à suivre.

Les contraintes du métier

Il faut travailler tous les jours de la semaine, jours fériés compris. Le permis C est obligatoire pour conduire un tracteur ou un camion dont le poids excède 3,5 tonnes.

Les lieux d’exercice

– Dans sa propre exploitation

– Dans un élevage en gérance