Devenir Contrôleur aérien civil

Résumé de l’accès au métier

Débouchés Métier Métier Métier Métier
Durée de formation : 5 ans minimum après le Bac
Diplôme requis d’entrée en formation : bac+2 scientifique
Lieux de formation : L’ENAC après réussite du concours d’entrée
Déplacements : NON

Le métier

Au sein de la tour de contrôle, le contrôleur aérien civil, appelé auparavant aiguilleur du ciel, organise en binôme la circulation des avions de tous types lors des décollages et des atterrissages, lors des survols de l’aéroport et des espaces limitrophes (voir les diverses catégories de sites aéroportaires, A, B, C, D, E). Il assure la fluidité et la sécurité du trafic aérien dans son espace aérien. Sa gestion précise des allées et venues des avions se fait en temps réel. Il doit suivre les plans de vol, calculer rapidement les temps de manoeuvre, identifier, puis indiquer par radio aux pilotes les pistes ou les voies à emprunter pour que les avions se croisent de loin.

Il travaille en binôme mais sa responsabilité est néanmoins énorme et il s’aide d’instruments, notamment de radars, pour contrôler les mouvements au sol comme dans les airs. Il suit les déplacements d’un avion sur écran et il est chargé d’assurer l’interface avec celui-ci dans son espace aérien. En cas de perte de contact avec l’avion, il doit déclencher les procédures d’urgence.

Lorsqu’un avion quitte son espace aérien, le contrôleur aérien procède au transfert de contrôle de cet avion vers les contrôleurs ‘ de centres en route ‘.

Il travaille en horaires décalés et sa concentration doit toujours être optimale. Capable d’analyser rapidement une donnée et de synthétiser plusieurs sources d’information en même temps, il doit calculer la trajectoire d’un avion rapidement et indiquer les manoeuvres à effectuer tout en assurant la sécurité humaine et matérielle d’un aéroport ou d’un espace aérien.

En cas d’incidents, quels qu’ils soient (pistes verglacées, problèmes techniques au sol, etc.), il doit réagir très vite et sans panique. Il doit rassurer l’environnement et le personnel de l’avion et organiser l’intervention rapidement mais efficacement en lien avec les différents services aériens (pistes, météo, etc.).

Il doit parler parfaitement anglais ! Attention Réforme possible dans ce domaine d’activité !

L’accès au métier

Seule L’Ecole Nationale de l’Aviation Civile (ENAC) forme à ce métier d’Ingénieur du Contrôle de la Navigation Aérienne (ICNA). Il faut avoir moins de vingt-sept ans, parler anglais et être titulaire d’un Bac+2 Scientifique pour pouvoir se présenter au concours d’entrée. Un casier judiciaire exempt de toute mention contradictoire est obligatoire.

La formation se déroule sur trois ans, dont dix-huit mois de stages comprenant le passage du brevet de pilote d’avion privé, huit semaines de stage dans un pays anglophone, plus un stage dans une compagnie aérienne.

Il y a moins de cent places environ ouvertes par an à ce concours.

Les contraintes du métier

Les horaires sont aléatoires avec du travail en semaine, le week-end et la nuit.

Les lieux d’exercice

– Au sein des aéroports publics ou privés