Devenir Conducteur de train / Conducteur de métro

Résumé de l’accès au métier

Débouchés Métier Métier Formation Formation
Durée de formation : de quelques semaines à quelques mois, selon le poste et l’employeur
Diplôme requis d’entrée en formation : CAP/BEP ou Bac selon le poste ou l’employeur visé. Attention Réforme des BEP et donc des cursus de formation !
Lieux de formation : en interne
Déplacements : OUI

Le métier

Responsable de la vie de centaines de personnes, le conducteur de train ou le conducteur de métro s’assure tout d’abord du bon état de fonctionnement de sa machine et des voies en relation avec l’équipe de maintenance. Il prépare son véhicule et il contrôle les freins, la charge pondérale des voitures, etc., d’où la prépondérance des profils électroniques dans les embauches. Il régule sa vitesse selon les indications du tableau de bord. Il tient un carnet de bord et il rédige des bulletins de service et des rapports d’incidents. Les systèmes actuels sont très automatisés, mais cela ne remplace pas vigilance et bon sens, en cas d’imprévus ou d’obstacles sur la voie.

Le conducteur de train ou de métro prend en charge des voyageurs pour les mener d’un point à un autre, selon des horaires précis à respecter. Il est en contact permanent avec son Poste de Commande Centralisé qui l’informe de l’état des voies et des incidents (caténaires rompus, etc.).

L’évolution de la société faisant, il est soumis aux lois antiterroristes et il ne doit en aucun cas céder à la pression en déviant un train ou une rame de métro sous la menace. De plus, il peut être confronté à des suicides appelés souvent ‘ des accidents de personnes ‘, dont il ne sera pas responsable, mais qui nécessiteront de sa part une grande résistance psychologique.

Stable, calme, en bonne santé, doté d’une bonne acuité visuelle et d’une forte capacité à la concentration, ce professionnel est en autonomie dans sa cabine, mais en relation avec son équipe par radio. Il peut conduire des trains de marchandises ou de voyageurs, des trains de banlieue ou de grandes lignes, des TGV, des trains internationaux (Eurostar, Thalys, etc.) ou des RER.

L’évolution professionnelle se fait parfois pour lui sur des postes d’agents commerciaux ou d’agents de maintenance, etc..

L’accès au métier

La SNCF recrute plutôt des profils Bac technique, électronique, sur entretiens individuels et sur tests psychotechniques, sans oublier le passage d’une visite médicale renforcée. Les futurs conducteurs de train auront vingt et un ans au moins et seront formés en interne. Se renseigner les sites de recrutement de la RATP ou de la SNCF.

La RATP est, quant à elle, un peu plus souple pour l’instant sur le diplôme exigé, recrutant à partir d’un CAP/BEP, mais avec une démarche de recrutement pour les autres critères similaire à celle de La SNCF.

Les contraintes du métier

Le travail se déroule le matin, en journée, en soirée, la nuit. Il faut avoir vingt et un ans et ne pas avoir de problèmes de santé et de vue pour pouvoir exercer.

Les lieux d’exercice

– A La RATP et à La SNCF

– Dans Les Collectivités Territoriales (tramways, etc.)