Devenir Coiffeur visagiste / Esthéticien ou Esthéticienne / Intervenant bien-être

Résumé de l’accès au métier

Débouchés : Métier Métier Métier Formation
Durée de formation : de 9 mois à 2 ans pour un CAP
Niveau requis d’entrée en formation : aucun, mais de plus en plus de CFA exigent un Brevet des Collèges pour entrer en CAP
Lieux de formation : Centres de Formation d’Apprentis (CFA, CIFA, etc.), lycées professionnels, écoles privées de coiffure ou d’esthétique, instituts de formation spécialisés dans certains métiers du bien-être
Déplacements : NON

Le métier

Très en vogue actuellement, ces métiers allient technique, esthétique et soins aux personnes dans le cadre de relations humaines fortes et souvent commerciales.

Exerçant la plupart du temps debout, d’où la nécessité d’avoir une bonne condition physique pour rejoindre ces métiers, ces professionnels travaillent sur le corps d’autrui afin de le détendre, de le mettre en valeur, de l’embellir ou tout simplement de lui offrir un moment de plaisir ou de bien-être. Tous les jours et même plusieurs fois par jour, ces professionnels doivent adapter leurs savoir-être et leurs savoir-faire à des clients différents aux exigences desquels il est parfois difficile de répondre.

De plus en plus souvent, on leur demande d’être de véritables commerciaux capables de vendre des produits complémentaires (produits de soins pour les cheveux, produits de beauté etc.) et on les oblige à travailler vite pour pouvoir intervenir sur un nombre maximum de clients.

Le coiffeur visagiste s’occupe du bien-être capillaire d’une personne. Bien évidemment, il lave, colore, coupe, coiffe, etc. mais c’est surtout un conseiller averti. Certains coiffeurs se spécialisent en devenant stylistes-visagistes. D’autres font des mentions complémentaires après leur CAP et se spécialisent en coloration ou en permanente. Quelques uns aussi diversifient leur activité en se lançant dans l’onglerie ou la manucure.

Pour de nombreux clients, venir chez le coiffeur c’est se faire plaisir, se détendre, profiter d’un bon moment. Les exigences des clients sont fortes et les massages crâniens, l’ambiance, le service, l’amabilité, etc. sont des atouts non négligeables pour les fidéliser. D’ailleurs, le client veut avoir confiance en son professionnel beauté et il veut pouvoir mettre son apparence entre ses mains sans réticence aucune.

Certains coiffeurs intègrent de grands salons de coiffure ou bien exercent dans les milieux du luxe ou de la mode. Les lieux de stages sont déterminants pour les relations que l’on s’y fait et pour les compétences que l’on y développe (compétences techniques, esthétiques, réparatrices, créatives, etc.).

Dans une autre profession proche de la coiffure, un lien fort se tisse aussi entre professionnels et clients. Il s’agit de la profession d’esthéticien ou d’esthéticienne (métier très féminisé).

Que ce soit pour un soin du visage, un soin du corps, un maquillage ou une épilation, etc., les esthéticiennes sont en face à face avec leur client dans une cabine de soins. La douceur des gestes, la délicatesse des soins, une ambiance calme et sereine, une conversation soutenue ou un silence reposant, une excellente qualité des produits, etc., tous ces éléments alliés à une technique professionnelle hors pair contribuent à la réussite de la séance et à la satisfaction d’un client parfois stressé ou tendu.

On demandera aussi à l’esthéticienne-cosméticienne (maquillage, etc.) d’être une excellente conseillère en vente de produits de beauté, en vente de parfums ou d’autres produits esthétiques, etc.. La vue des corps nus, parfois la pilosité, les défauts corporels, etc. ne devront en aucun cas la rebuter.

Ni dégoût ni rejet ne devront se lire sur son visage ou transparaître à travers ses gestes professionnels !

Cette professionnelle apporte aussi un bien-être et une détente qui parfois frôlent le soin médical. Ceci est notamment vrai pour les spécialistes qui choisissent l’option soins du corps (modelage, massage etc.) et qui exercent dans des spas.

Ces professionnelles peuvent parfois s’occuper de personnes ayant des problèmes de santé (sciatiques, hernies discales, tendinites, etc.) et elles doivent alors prendre des précautions dans la réalisation de leurs soins. De nombreux espaces (spas, etc.) offrant soins de beauté, massages, relaxation, etc. s’ouvrent et permettent à des clients stressés de se détendre et de souffler dans des conditions de confort souvent remarquables.

Enfin, un nouveau créneau commercial s’ouvre avec le développement des soins de détente comme la réflexologie plantaire, les massages shiatsu, etc., soins qui sont réalisés par des intervenants bien-être.

Ce sont des pratiques peu encadrées. C’est pourquoi les parcours de formation à ces techniques restent encore difficiles à cerner. En pratique, les caractéristiques de ces métiers ne varient guère par rapport à ce qui a été énoncé ci-dessus. Simplement certains professionnels préfèrent travailler en face à face avec leurs clients et d’autres en groupe, en séance collective (yoga etc.).

Se référer à la partie qui suit concernant l’accès au métier.

L’accès au métier

Pour être coiffeur visagiste comme pour être esthéticienne ou esthéticien, il faut aujourd’hui avoir son CAP Coiffure ou son CAP Esthétique-Cosmétique. La poursuite des études est ensuite possible en préparant un Brevet Professionnel accessible après le CAP.

Ce brevet propose deux options en coiffure : styliste-visagiste ou coloriste-permanentiste.

Pour l’esthétique, le Brevet Professionnel proposé s’intitule BP Esthétique Cosmétique-Parfumerie. Les études pour obtenir un BP se dérouleront en un an si le Bac pro coiffure ou esthétique a été obtenu ou en deux ans dans le cas contraire.

L’acquisition de ce Brevet Professionnel permet de se mettre à son compte. Il faudra alors suivre une stage préalable à l’installation en Chambre de Métiers et de L’Artisanat ou bien alors ce diplôme permettra d’enseigner dans des écoles privées ou en CFA.

Bien noter cependant que pour les professionnels à leur compte qui n’interviennent qu’à domicile (coiffure ou esthétique) un CAP suffit jusqu’à présent.

Un Brevet de Maîtrise peut se préparer en deux ans. Pour le préparer, il faut être en emploi et avoir obligatoirement cinq ans d’expérience professionnelle minimum.

Des BTS existent dans ces professions mais la filière classique de formation par le CAP et par le Brevet Professionnel reste tout à fait suffisante pour pouvoir s’insérer correctement sur le marché de l’emploi.

En revanche, comme certaines pratiques liées aux soins de détente ou de bien-être ne font l’objet d’aucune reconnaissance officielle, les parcours de formation à ces techniques sont très variés, souvent onéreux et pas toujours adaptés en terme de contenus et de compétences.

Des annuaires existent répertoriant les noms et les profils (formations, techniques etc.) des personnes qui proposent leurs services et leurs soins. Renseignez-vous !

Les contraintes du métier

Les horaires sont variables et fonction de la clientèle.

Les lieux d’exercice

– Dans des salons de coiffure, dans des instituts de beauté, dans des spas, à domicile, etc.

– A son compte dans un salon et/ou à domicile

– Dans le milieu du spectacle ou de la mode

– Dans des entreprises de distribution de compléments capillaires ou de distribution de produits cosmétiques