Devenir Chercheur en Mathématiques / en Sciences Physiques / Statisticien

Résumé de l’accès au métier

Débouchés Métier Métier Formation Formation
Durée de formation : 7 à 8 ans après le Bac au minimum
Diplôme requis d’entrée en formation : Baccalauréat Scientifique de préférence
Lieux de formation : Universités, Ecoles d’Ingénieurs, Maths Sup, Maths Spé (classes préparatoires)
Déplacements : NON

Le métier

  • Chercheur en Mathématiques
  • Chercheur en Sciences Physiques
  • Statisticien

Devenir chercheur en Mathématiques ou chercheur en Sciences Physiques, pourquoi pas ! Ces scientifiques cherchent à résoudre des problèmes, à définir de nouvelles lois et à trouver d’autres applications (domaine de l’atome pour la physique, etc.).

A partir d’hypothèses posées ou de problèmatiques, ils mettent en place des protocoles de recherche et ils cherchent ainsi à affirmer, infirmer ou résoudre, etc.. Ils créent des modèles, des théorèmes, des lois, qui permettent de mieux saisir les lois générales et organisationnelles du monde qui nous entoure, tout en ignorant si leurs recherches auront une application pratique, sauf s’ils sont chercheurs en mathématiques appliqués.

Pendant un temps, le domaine de l’informatique était demandeur de ces profils pour créer des formats de compression ou pour travailler dans la cryptologie par exemple. Aujourd’hui, l’entreprise est à l’affût de ces profils qualifiés pour la collecte et l’exploitation de données.

Des postes comme ceux de statisticiens au sein des banques, des compagnies d’assurances ou des grands groupes (études d’évolution de la rentabilité) sont proposés. Les statistiques de ces professionnels permettent ensuite aux cadres dirigeants de prendre des décisions à partir de données chiffrées et factuelles et de probabilités. Il ne faut pas croire qu’il s’agit simplement pour ces salariés de compiler des chiffres ou de les additionner.

Le rôle de ces professionnels consiste à identifier les informations déterminantes et les formes sous lesquelles elles se présentent, à identifier comment on peut coder ces informations de manière mathématique, à identifier le modèle que l’on peut mettre en place pour collecter et traiter les données, à identifier le modèle que l’on peut créer pour présenter des résultats exploitables, etc..

On est très loin d’un travail d’exécutant. Analyse, réflexion, observation, esprit de synthèse, conception et curiosité sont nécessaires pour réussir dans ce créneau.

Si ces chercheurs rejoignent l’enseignement pour devenir professeurs, ils ne font pas qu’enseigner. Ils n’abandonnent pas la recherche pure et ils interviennent en parallèle comme experts au sein d’équipes pluridisciplinaires chargées d’un projet dans un laboratoire de recherche (au CNRS, etc.).

L’accès au métier

Obtenir un Master Recherche en Mathématiques ou en Sciences Physiques qui se prépare au sein des Universités est inévitable pour rejoindre cette filière. Beaucoup d’étudiants intègrent des classes préparatoires (Maths Sup puis Maths Spé), puis entrent dans une école d’ingénieurs. Ces parcours permettent de trouver un emploi en entreprise.

Pour être chercheur, une thèse de Doctorat dans la matière de prédilection doit être soutenue. Elle peut se préparer après l’obtention d’un diplôme d’ingénieur.

Ceux qui veulent enseigner en lycées ou en collèges doivent passer leur CAPES ou leur Agrégation. Ils doivent se renseigner dans leur Académie sur les conditions d’inscription à ces concours.

Voir aussi le Master MASEF de l’Université Paris Dauphine et ENSAE qui est un Master Recherche spécialisé en Mathématiques, Probabilités/Processus Stochastiques, Statistiques, Optimisation, Méthodes Numériques ou le Master Recherche Mathématiques Fondamentales et Appliquées de l’Université d’Angers.

Les contraintes du métier

Le travail s’effectue en semaine et en journée.

Les lieux d’exercice

– Au sein d’entreprises privées (banques, assurances, etc.) comme statisticiens

– Au sein d’organismes publics de recherche (CNRS, etc.)

– Au sein de L’Education Nationale comme professeurs en collèges ou en lycées après l’obtention du CAPES ou de l’Agrégation

– A l’Université comme enseignants-chercheurs