Devenir Artiste peintre / Sculpteur / Plasticien

Résumé de l’accès au métier

Débouchés Métier Formation Formation Formation
Durée de formation : aléatoire, mais s’il y a passage par Les Beaux-Arts, un bac+5 est à obtenir
Diplôme requis d’entrée en formation : Bac le plus souvent
Lieux de formation : Ecoles Nationales Supérieures des Beaux-Arts notamment, après admission sur dossier
Déplacements : NON

Le métier

Ces artistes ont en commun le travail de la matière.

Le terme de plasticien recouvre une activité créative en constante évolution. Mais en général il englobe tous les modes d’expression se rapportant à L’Art Contemporain quel que soit le mode de production. Un sculpteur ou un peintre ou un artiste qui monte des ensembles, qui fait des happenings, des installations aux visées conceptuelles et esthétiques (voir les expositions au Palais de Tokyo par exemple) est un créateur qui s’inscrit dans cette lignée plastique.

Certains artistes travaillent avec des supports et des médias d’expression comme les vidéastes, etc..

Vivre de ses oeuvres est très difficile. Seuls certains artistes réussissent à le faire et ils ne sont pas nombreux. Ils peuvent y parvenir notamment grâce à des ventes à l’étranger. Le marché de L’Art est extrêmement fluctuant mais il comprend toutefois des Fondations qui permettent à quelques rares privilégiés de sortir du lot et d’être connus du grand public (Fondation Cartier, Fondation Pinault, etc.). Avoir un réseau relationnel étendu est indispensable. Tout se joue là, d’où la nécessité de mettre en place une démarche relationnelle active, très active.

L’artiste peintre travaille sur des supports plats avec des matériaux classiques (huile, acrylique, etc.) ou avec des matériaux nouveaux permettant la mise en relief ou la sortie du cadre habituel de création (matières textiles, végétales, etc.). L’Art Brut par exemple se pratique sans technique particulière mais à travers une expression directe de l’émotion, de la pulsion (voir par exemple la fresque de l’Hôpital Sainte-Anne à Paris).

Des artistes se rattachent à des courants ou à des mouvements artistiques. Certains font leur chemin en créant à partir de leur inspiration personnelle ou suite à une commande précise d’un acheteur, d’un mécène.

Le sculpteur, quant à lui, travaille la matière dans l’espace. La sculpture est considérée comme un art plus difficile à appréhender car elle demande outils et matériaux spécifiques. L’exercice de cet art est par ailleurs souvent bruyant et salissant. Certaines professions se rapprochent de cette pratique (tailleurs de pierre, etc.).

S’il est courant de croiser des artistes amateurs autodidactes, les artistes qui percent sur le marché de L’Art ont en général un minimum de bagage artistique et littéraire (sauf pour L’Art Brut). Ils ont un esprit particulièrement ouvert et observateur. Même si leur sens créatif est très développé, de même que leur habileté, ils consolident leurs aptitudes par un apprentissage plus approfondi en écoles d’art ou par des lectures, des recherches artistiques et techniques.

Outre les qualités artistiques nécessaires, les opportunités offertes par un réseau de connaissances étoffé sont indispensables pour réussir. Certaines Ecoles d’Art (Beaux-Arts par exemple) jouissent d’une réputation et d’un carnet d’adresses bien plus efficaces que les Universités spécialisées (en Histoire de l’Art avec une option liée au dessin, etc.). Le prix des cursus en Ecoles d’Art n’est d’ailleurs pas le même que celui des parcours universitaires. L’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris est très réputée.

Certains de ces ‘ professionnels ‘ artistes glissent vers des métiers parallèles comme ceux de concepteurs de vitrines ou d’espaces commerciaux ou d’architectes d’intérieur, etc.. Ou bien alors ils se dirigent vers le marketing avec une formation complémentaire ou rejoignent le secteur du multimédia (webdesigners, techniciens montage-vidéo, etc.).

L’accès au métier

Les parcours de formation sont vraiment nombreux mais la voie royale reste encore aujourd’hui L’Ecole Nationale Supérieures des Beaux-Arts ou ENSBA ou les ENBA (diplôme bac+5 à obtenir appelé DNSEP ou Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique). Les Beaux-Arts étaient au nombre de quatre, peinture, sculpture, gravure et architecture, ce jusqu’en 1968.

Attention toutes ces Ecoles n’ont pas la même réputation et leurs enseignements peuvent être orientés sur un mouvement ou sur un courant artistique particulier ! Cinquante-neuf écoles d’art sont agréées par Le Ministère de La Culture en France.

D’autres artistes passent par des parcours universitaires mais le programme de production artistique y est souvent moins développé et Les Universités souffrent parfois d’un manque de moyens criant. Ceux qui veulent faire de leur activité une profession à part entière doivent se déclarer à La Maison des Artistes.

Il ne suffit pas de se dire artiste, il faut aussi produire et vendre. Se connecter sur les sites Internet des artistes est plein d’enseignement.

Des centres de formation de plasticiens intervenants existent (CFPI) qui préparent des étudiants ou des professionnels à intervenir dans des ateliers publics en milieu scolaire ou autres. Deux écoles supérieures d’art assurent cette formation (L’Ecole Nationale des Beaux-Arts de Bourges et L’Ecole Supérieure des Arts Décoratifs de Strasbourg). Il est aussi possible de préparer le professorat d’arts plastiques et de devenir enseignant en étant reçu aux concours du CAPES ou de l’Agrégation. Vérifier les conditions d’accès à ces concours.

Les contraintes du métier

Les horaires sont aléatoires.

Les lieux d’exercice

– En indépendant et déclaré à La Maison des Artistes

– En résidence d’artistes au sein de grandes villes ou dans des structures qui dépendent des Conseils Généraux, etc.

– Pour son plaisir et en amateur avec un métier alimentaire exercé en parallèle

Ressources complémentaires