Devenir Acheteur en grande distribution – en centrale d’achat

Résumé de l’accès au métier

Débouchés Métier Métier Formation Formation
Durée de formation : de 3 à plutôt 5 ans après le Bac
Diplôme requis d’entrée en formation : Baccalauréat
Lieux de formation : Universités, Ecoles de Commerce, Ecoles d’Ingénieurs, ESAAL, Ecole de Management de Bordeaux et son Institut du Management de l’Achat Industriel, etc.
Déplacements : OUI

Le métier

Les acheteurs en grande distribution ou en centrale d’achat sont de vrais négociateurs le plus souvent bilingues anglais. Ils parlent souvent aussi une deuxième langue étrangère (allemand, chinois, etc.). Au coeur des achats et donc des coûts, leur mission est d’assurer l’approvisionnement à moindre prix pour une qualité maximum et dans des conditions avantageuses (transport, conditionnement, etc.).

De plus en plus souvent obligés de se fournir à l’étranger, et notamment dans les Pays de l’Est ou en Asie, il faut aux acheteurs une parfaite connaissance de l’anglais et des réseaux d’approvisionnement. Ils doivent eux-mêmes prospecter de nouveaux fournisseurs en se rendant sur place ou en négociant à distance. Si la tendance est maintenant au recentrage sur quelques fournisseurs, la majorité des entreprises a cependant longtemps apprécié la diversité des fournisseurs pour pouvoir disposer d’une prestation de qualité et d’une plus grande réactivité.

Responsables de leurs résultats, ces professionnels sont soumis a des reportings serrés quelle que soit la conjoncture économique dans laquelle ils évoluent. Cette année par exemple, les prix varieront mais la marge bénéficiaire devra cependant être consolidée.

A l’acheteur de trouver un nouveau fournisseur ou de négocier de manière à ce que l’entreprise n’ait pas de pertes à déplorer et fasse si possible des bénéfices !

Les circuits sont parfois complexes, les réseaux d’approvisionnement organisés en chaînes parfois fragiles. C’est donc à l’acheteur de veiller à la qualité et à l’équilibre entre achats, prix, délais et conditions de livraison tout en prenant en compte les besoins de son entreprise. En effet, toute erreur de l’acheteur rejaillirait sur l’entreprise qui l’emploie, quand bien même la faute commise viendrait d’un sous-traitant. L’entreprise pardonne rarement ce genre d’incident même s’il est hors contrôle du professionnel concerné.

Bons négociateurs, tenaces, n’hésitant pas à changer de partenaires commerciaux, à l’écoute et à l’affût de toute information leur permettant d’effectuer des économies, les acheteurs sont souvent détenteurs d’un carnet d’adresses de fournisseurs et de ‘ bons plans ‘ qui ont une valeur déterminante pour leur embauche.

Il faut toutefois noter un fort turn-over dans la profession et certains groupes sont connus pour être de véritables champions du ‘ changement d’acheteurs ‘. Il faut prévoir, quand on exerce ce métier, de changer d’entreprise tous les trois à six ans.

Les profils recherchés aujourd’hui sont ceux de professionnels d’un secteur particulier (ingénieur technique pour les grandes surfaces de bricolage ou ingénieur agroalimentaire pour une centrale d’achat, etc.) qui ont en plus une qualification achat.

Ou bien alors ces professionnels sont des commerciaux pointus dans un domaine précis avec si possible une expérience professionnelle à l’étranger ou dans un groupe international.

Il faut parler des langues étrangères pour exercer ce métier et les diplômés sont de plus en plus souvent recherchés.

L’accès au métier

Sans diplôme l’insertion professionnelle risque d’être très difficile, à moins d’avoir un carnet d’adresses de fournisseurs et de sous-traitants important et activable. Les Licences Professionnelles d’acheteur, option Grande Distribution par exemple, sont négociables à partir du moment où elles s’accompagnent de stages significatifs.

L’un des meilleurs diplômes à obtenir reste toutefois le Master 2 d’Acheteur Spécialisé étant donné les politiques de recrutement actuelles. Des parcours ‘ double compétence ‘ sont les bienvenus, surtout dans les domaines techniques (bricolage, etc.).

Un parcours dans une grande école reconnue reste toujours un sésame. Voir L’Institut du Management de l’Achat Industriel (MAI) et son Master Spécialisé Achats Internationaux ou L’ESAAL, etc..

Les contraintes du métier

Le travail s’effectue en journée et en semaine, sauf organisation spécifique de l’entreprise. Des déplacements au national et à l’étranger sont à prévoir dans ce métier.

Les lieux d’exercice

– Dans les centrales d’achat de grands groupes de distribution dont les grandes surfaces de bricolage par exemple